Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 22:36
Cours de fortification permanente de l'Ecole Polytechnique, année 1919-1920



Les centre de résistance (Planche II) sont organisés d’après les même principes que ceux développés à propos des travaux de campagne, avec cette différence qu’en raison de la permanence des installations, celle-ci sont réalisées par les moyens de la fortification permanente et non plus de la fortification de campagne. Bon nombre de ces installations ne peuvent toutefois être exécutées dès le temps de paix afin de ne pas augmenter les dépenses, aggraver les charges et les servitudes imposées à la population civile. Non seulement en effet les terrains occupés par la fortification sont enlevés à l’agriculture et à l’exploitation individuelle, mais encore tout ouvrage de fortification porte servitude dans une certaine zone, sur laquelle il est interdit d’élever des constructions ou d’en édifier d’une certaine espère. C’est ce qu’on appelle « les servitudes militaires »imposées gratuitement et d’office aux propriétaires.

Dans tous les cas, une foie établie et achevée, les centres de résistance doivent être enveloppés d’une enceinte de sûreté composée d’un obstacle en partie passif (réseaux de fil de fer dans le cas général) battu de front ou de flanc soit depuis les crêtes des ouvrages englobée dans les centre de résistance, soit au d’éléments de retranchement comportant des abris et des dépôts de munitions. La plupart du temps, les forts seront les réduits des centres de résistance.

 

Ouvrages intermédiaires.

Les ouvrages formant points d’appui secondaires dans les intervalles sont de petits forts, ne comportant en général qu’une faible garnison (1 compagnie d’infanterie) avec des tourelles de mitrailleuse, exceptionnellement des tourelles de 75.

 

Installation de l’artillerie de la zone principale de défense.

 

L’artillerie en position dans la zone principale de défense a pour but ;

-  de soutenir l’infanterie dans la défense des positions avancées ou dans les reconnaissances et les sorties ;

-  de battre les premiers établissements de l’ennemi, les localités éloignées et les communications ;

-  d’agir contre toutes les tentatives de vive force dirigées contre les ouvrages permanents et les intervalles ;

-  de gêner les batteries de siège et de les contrebattre.

 

Elle se compose des calibres appropriés à ces différents objets grâce à son indépendance par rapport aux ouvrages même de la zone principale de défense (Ce n’est qu’exceptionnellement que l’on place des tourelles de canon de gros calibre dans un ouvrage ; dans ce cas, les pièces sous tourelles ne font pas à proprement parler partie de l’armement de l’ouvrage, elle en occupent simplement une partie comme emplacement.), elle peut choisir ses emplacement pour réunir les conditions les plus favorables à son tir et à l’observation (Par ballons captif, drachens, cerfs volants ou avions) et aussi à son défilement. Certaines pièces sont installées sous tourelles dépendant plus ou moins au point de vue de la protection d’un ouvrage voisin.

 

Positions avancées.

 

Elles sont organisées au moment du besoin exactement d’après les principes de la fortification de campagne.

 

 

Deuxième zone de défense

 

Des zones intermédiaires jalonnées parfois par des ouvrages permanents ayant appartenu à une organisation antérieure, sont établies entre la zone principale de défense et le noyau central. Comme une partie des aménagements des centres de résistance de la zone principale de défense et pour les mêmes raisons elles ne sont guère réalisées qu’au  moment du besoin.

 

 

Noyau central.

 

Le noyau central est généralement constitué par l’enceinte d’une place ancienne dans laquelle ou aux abords immédiats de laquelle on a crée des établissements à l’épreuve, casernes, manutention, moulins, magasins à poudre, etc…

 

 

Liaisons.

 

Liaisons dans la place et avec l’extérieur. – Tous les organes intérieurs de la place sont reliés entre eux et avec les ouvrages des différentes organisations défensives de la place par des communications télégraphiques ou téléphoniques. Il en est même par rapport à l’intérieur du territoire. Chaque place est munie d’un poste de télégraphie sans fils, de dirigeables et d’un  parc aéronautique.

Partager cet article

Repost 0
Published by fortifs.org
commenter cet article

commentaires