Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 22:22

Cours de fortification permanente de l'Ecole Polytechnique, année 1919-1920

 


Forts.

 

Les forts sont formés de blocs de maçonnerie ou de béton (béton armé dans les parties les plus vulnérables) dans lesquels sont ménagés des vides pour les casernes, les magasins et les munitions et des puits pour le logement des tourelles, des observations et des projecteurs.

Un parapet terrassé, relié avec la caserne par des communications également ménagées sous béton entoure l’ouvrage. Il est destiné à être occupé en cas d’assaut par la garnison du fort : c’est la crête d’infanterie.

Au pied du parapet, l’obstacle protégé par un large réseau de fils de fer.
 

  Tracé.
 

Le tracé d’un fort dépend essentiellement des points et région à battre, des directions d’enfilade à éviter et de la configuration du terrain. Il se rapproche généralement plus ou moins du tracé  figuré sur le Fig. 1.

Tracé polygonal, formé à l’arrière – c’est-à-dire à la gorge par un front bastionné ou par un front flanqué par un « coffre de flanquement »

 
Profil.
 
– On nomme escarpe le parement du fossé tourné vers l’ennemi – contrescarpe le parement du fossé tourné vers l’ouvrage.

A – Profil ordinaire – Le profil ordinaire avec fossé, comporte en général une escarpe terrassée, moins facilement destructible par les projectiles. La contrescarpe est au contraire maçonnée ou en béton ; afin de rapprocher la crête de la masse couvrante de l’escarpe et ainsi de la mieux protéger. 

 

-         Flanquement des fossés. – Dans le profil ordinaire, il faut faire disparaître l’angle mort formé par le fossé, en créant des organes spéciaux flanquant le fossé, condition essentielle d’après ce principe que tout perd se valeur s’il n’est pas battu.

Pour flanquer le fossé, on a recours à des :

Caponnières placées aux saillants ou mieux à des coffres de contrescarpe mieux protégés que les Caponnières, auxquels on accède de l’intérieur du fort en passant dans le fossé.


 

B- Profil triangulaire – Avec le profil triangulaire, on n’a pas à se préoccuper du flanquement puisqu’il n’y a plus d’angle mort. Mais en simplifiant ainsi l’obstacle, on enlève à l’ouvrage une bonne partie de sa valeur. Ce profil est adopté principalement pour les ouvrages secondaires ne comportant pas d’artillerie.

 

Locaux  accessoires des forts.

Les forts contiennent, outre les locaux visés plus haut, des cuisines, des citernes. Les plus importants possèdent une infirmerie, une manutention etc…

 

Liaisons.

Tous les organes importants d’un fort sont reliés entre eux par des liaisons téléphoniques et acoustiques. Les ouvrages sont reliés avec les ouvrages voisins, avec le commandement et les services intéressés au moyen des communications téléphoniques et télégraphiques en partie souterraines.

 

Organes de flanquement des intervalles.

Les organes établis dans les forts pour le flanquement des intervalles sont :

Des casemates de Bourges (Ainsi nommées parce que c'est sur le polygone de Bourges qu’ont eu lieu les études qui ont servi à déterminer le dispositif et les détails d’organisation de ces casemates) et des tourelles de 75.



Casemates de Bourges. Elles contiennent deux canons de 75 dont les embrasures sont placées en crémaillère afin d’être mieux défilées de la destruction principale de l’attaque.

Tourelles de 75. – Lorsqu’on ne peut se défiler des positions dangereuses, on place les deux pièces de flanquement sous tourelles à éclipse.

 

Organes de défense propre. – Indépendamment des la garnison d’infanterie et de ses mitrailleuses portatives, les forts sont munis de tourelles de mitrailleuses. Leur mise en action doit être réservée pour le moment où ses ouvrages sont menacés d'un assaut, sous peine de destruction prématurée.

Artillerie de petit calibre dans les forts. –Indépendamment des pièces sous tourelles destinées au flanquement des intervalles, les forts contiennent des pièces de petit calibre sous tourelles destinées à soutenir les troupes opérant dans la zone principale de défense ou en avant.

 

Eclairage des abords de la fortification – Projecteurs.

 

Pour éviter toute surprise de nuit, les forts possèdent ;

-         des moyens d’éclairage des fossés, se conjuguant avec le flanquement de ces derniers,

-         des projecteurs destinés à éclairer les abords immédiats de la fortification et principalement leurs défenses accessoires,

-         des projecteurs destinés plus spécialement à éclairer le champs de tir des organes de flanquement (casemates ou tourelles), se conjuguant avec le tir flanquant des ouvrages,

-         des projecteurs à grande portée éclairant le terrain des attaques. Ces derniers sont sous tourelles à éclipse.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fortifs.org
commenter cet article

commentaires