Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 09:03

undefined Billet n° 10/2007


Lors de nos pérégrinations à PARIS, une personne rencontrée au magasin LE POILU nous a transmis gratuitement une copie d’un original du manuel « d’instruction pour les équipages de casemates isolées d’infanterie de région fortifiée du 30 juillet 1938 ». Que ces quelques lignes soient le témoignage de nos remerciements collectifs!
 

Voici donc ci-après le manuel retranscrit. Pour information les annotations du propriétaire d’origine sont mises en italiques et sont de couleur rouge.

47mm.jpg 

Effacement du jumelage de mitrailleuses et mise en place du canon antichar de 47 mm, type d’arme non développée dans l’instruction du 30 juillet 1938.

CHAPITRE III, ECOLE DU JUMELAGE :

ARTICLE PREMIER

Généralités

50 L’école du jumelage a pour but d’enseigner au personnel le service du jumelage. Elle entraîne les servants à coordonner les connaissances qu’ils ont acquises à l’école du servant.

ART. II

Mise en batterie.

51 Au commandement :
Jumelage en batterie,
- le chargeur broche le cadre de fixation et met les armes en place ;
- le chef de (mot rayé)jumelage(tireur) place la lunette, contrôle le montage du matériel, règle la crosse à plastron et la mise au point de la lunette, manœuvre deux fois le levier d’armement des mitrailleuses pour s’assurer de leur bon fonctionnement et arme la pièce ;
- le chargeur approvisionne chaque arme ;
- le premier pourvoyeur fixe l’appareil à garnir les boîtes-chargeurs et s’assure de son bon fonctionnement ;
- le pourvoyeur ouvre les caisses de cartouches, dispose les cartouches en lames-chargeurs sur les tablettes de chargement qu’il place à gauche et à proximité de l’appareil ;
- l’armurier-mécanicien dispose les accessoires.

52 La mise en batterie terminée, les servants se placent de la façon suivante :
- le tireur debout derrière le jumelage ;
- le chargeur à droite du jumelage face au carter de ventilation ;
- le pourvoyeur à la table de chargement.
Dans la chambre de tir à deux jumelages :
- le premier pourvoyeur à la table de chargement ;
- le pourvoyeur à proximité des caisses à munitions ;
- l’armurier-mécanicien entre les deux jumelages.

ART. III

Préparation du tir.

1° Tir direct.

53 Les commandements sont donnés par le chef de la chambre de tir lorsque ce dernier peut observer l’objectif. Dans le cas contraire, les différentes opérations sont exécutées à l’initiative du tireur.

54 Aux commandements :
Tir direct débloqué sans fauchage, ou avec fauchage en direction, en hauteur.

Hausse…..Tant,
- le tireur fait marquer la hausse (N° 22)
- Le chargeur débloque le jumelage en desserrant l’écrou de blocage du système de repérage en direction et écarte les butoirs mobiles.
 
jumelage.jpg

Prise en compte par l’ennemi du matériel livré, ici un jumelage de mitrailleuses.

54 Au commandement :

Sur tel, point (ou telle ligne),

- le tireur pointe (N° 24 à 26).

2° Tir-repéré.

55 Aux commandements :
Tir-repéré bloqué, secteur de repérage …..tant,
Ou bien :
Tir-repéré avec fauchage en direction.
Secteur de repérage à gauche…..tant,
A droite…..tant,
- le chargeur débloque le jumelage ;
- le tireur pointe en direction (N°27), le chargeur bloque en direction (tir bloqué) ou immobilise les butoirs (tir débloqué) ;
Aux commandements :
Niveau :
Colonne…..tant,
Tambour…..tant,
(Eventuellement angle négatif)
- le tireur pointe en hauteur (N° 28) ;
- le chargeur amène et immobilise la bague inférieure de vis de pointage en hauteur contre l’armature en bronze du mécanisme de pointage en hauteur.
Dans le cas où la mission principale comporte un tir avec fauchage en hauteur, repéré au préalable, le commandement est complété par le suivant :
Avec fauchage en hauteur de (tant)…..à (tant).

56 Lorsque les opérations de pointage sont terminées, le tireur annonce :
Jumelage droit (gauche) prêt.

ART. IV.

Exécution du tir.

57 Aux commandements :
Débit accéléré (normal, lent),
« Feu »,
- le tireur exécute le tir en se conformant aux prescriptions des N° 29 à 31 (En outre, dans le cas où le chef de la chambre de tir ne peut observer lui-m^me, le tireur conduit lui-même son tir comme il est prévu au N° 232) ;
- le chargeur alimente l’arme. Chaque fois qu’une boîte-chargeur est épuisée, il annonce au tireur ;
Fin de boîte-chargeur.
Lorsque le tir est exécuté en débit accéléré, il annonce le numéro d’ordre de la boîte-chargeur. Après la troisième, le tireur change d’arme et donne l’ordre à l’armurier-mécanicien de refroidir l’arme chaude.
Si le tir s’arrête inopinément, le tireur arme énergiquement et essaye de continuer le tir.
Si le tir ne peut être repris, il annonce :
Incident de tir et fait appel à l’armurier-mécanicien si l’incident ne peut être réduit par le personnel de l’équipe.
58 Lorsque la pièce est remise en état de tirer, le chargeur annonce :
Prêt.

59 Interruption momentanée et reprise du tir.
Au commandement :
Halte au feu,
Le tireur abandonne la détente et s’assure que l’arme est restée correctement pointée.

60 Au commandement :

Continuez le feu,
Le feu est repris avec les mêmes éléments.

Cessation du tir.
Au commandement ;
Cessez le feu,
- le tireur abandonne la détente ;
- le chargeur retire les boîtes-chargeurs et les place soit sur une table de chargement si elles sont entamées ou vides, soit dans les casiers si elles sont pleines ;
- le tireur se conforme au prescriptions du N° 33 et le chargeur bloque en direction ;
- les pourvoyeurs recomplètent les boîtes-chargeurs vides ou entamées.
S’il y a lieu, l’armurier-mécanicien, aidé des servants, nettoie successivement les armes ayant tiré.

62 Inspection du jumelage.
Pour cette opération les armes doivent être laissées sur l’affût. L’inspection des mitrailleuse est passée par le chef de la chambre de tir qui s’assure, à l’aide de la sonde, qu’aucun corps étranger n’existe dans le canon.

ART. V.

Réglage. (Ces procédés de réglage ne sont applicables qu’en cas d’échange de la lunette ou des armes. Toute modification au réglage initial, effectué en manufacture, est interdite en temps de paix. La vérification éventuelle du réglage est faite par des équipes spécialisées dans des conditions fixées par dépêche ministérielle).
Paragraphes 63/64/65 barrés

63 Le réglage consiste à rendre parallèles trois axes distincts :
- les axes de canons des deux mitrailleuses ;
- l’axe optique de la lunette.
Il peut se réaliser :

A. Par parallélisme ;
B. Par convergence sur un point éloigné.
La première de ces méthodes comporte elle-même deux procédés :
1° Par simple visée ;
2° Par le tir.
Elles permettent également de vérifier et de rétablir le réglage le cas échéant.

64 Dans tous les cas, et particulièrement en vue des tirs préparés, le réglage est précédé des opérations suivantes :
1°S’assurer que la réticule de la lunette coïncide avec un point de gisement connu lorsque l’aiguille de repérage se trouve elle-même sur la division correspondant au même gisement.
Dans la négative, bloquer le jumelage sur cette division et à l’aide de la touche d’orientation en direction de la lunette, amener la ligne de foi verticale sur le point de gisement connu ;
2° S’assurer que la lunette est horizontale pour la position d’affût correspondant au niveau 0. A cet effet :
- rendre l’affût horizontal à l’aide du niveau ;
- placer ensuite le niveau sur la partie antérieure du corps de lunette et constater s’il existe une inclinaison.
Dans l’affirmative, ramener la bulle entre ses repères en agissant sur la touche inférieure du collier postérieur de lunette.

A Réglage par parallélisme.

65 1° Par simple visée :
a Dispositions préalables :
- placer sur une cible un visuel de 50 millimètres de diamètre et deux D et G comme l’indique le schéma ci-dessous :

 paral.jpg

- installer cette cible à 50 mètres de la bouche des pièces ;

casemate_double.jpg 

A suivre….


Photos, collection J.M. GRATIANNE

Partager cet article

Repost 0
Published by fortifs.org - dans Billet ONPPM
commenter cet article

commentaires